A priori, on pourrait penser que non, car ce que Google aime, ce sont les pages qui parlent d’un sujet unique avec un mot clé unique et qu’il pourra facilement référencer si tant est que le rédacteur a bien fait son boulot en utilisant le champ lexical adéquat. Or, la littérature ce n’est pas ça !